Assurance Maison et discrimination financière

La discrimination financière est la pratique de nier l’assurance maison d’assurance maison dans des secteurs géographiques spécifiques, censément en raison d’une probabilité élevée de la perte, alors que la motivation alléguée est discrimination illégale. Le profilage racial ou la discrimination financière a une longue histoire dans l’industrie d’assurance maison des biens aux Etats-Unis.

D’un examen de la garantie d’industrie et les matériaux de vente, les documents judiciaires, et la recherche par des organismes gouvernementaux, des groupes d’industrie et de communauté, et des universitaires, il est clair que la course ait longtemps affecté et continue à affecter les politiques et les pratiques du secteur des assurance maisons.

En déterminant des primes et des structures de tarif, les assureurs considèrent des facteurs quantifiables, y compris l’endroit, les points de crédit, le genre, le métier, l’état civil, et le niveau d’éducation. Cependant, l’utilisation de tels facteurs est souvent considérée injuste ou illégalement discriminatoire, et la réaction contre cette pratique parfois a mené aux conflits politiques au sujet des manières desquelles les assureurs déterminent des primes et l’intervention de normalisation pour limiter les facteurs utilisés.

Un travail de l’assureur est d’évaluer un risque donné quant à la probabilité qu’une perte se produira. N’importe quel facteur qui cause une plus grande probabilité de la perte devrait théoriquement être chargé un taux plus élevé. Ce principe de base d’assurance maison doit être suivi si les compagnies d’assurance maison doivent rester dissolvantes. Ainsi, la « discrimination » contre (c.-à-d., traitement différentiel négatif de) les assurés potentiels dans le processus d’évaluation et de de la meilleure qualité-arrangement des risques est un sous-produit nécessaire des principes fondamentaux de la garantie d’assurance maison. Par exemple, des primes sensiblement plus élevées plus anciennes de personnes de charge d’assureurs qu’eux chargent les jeunes pour l’assurance maison-vie temporaire. Des personnes plus âgées sont ainsi traitées différemment que les jeunes (c.-à-d., une distinction est faite, discrimination se produit). Le raisonnement pour le traitement différentiel va au coeur du risque qu’un assureur de la vie prend : Les personnes âgées sont susceptibles de mourir les jeunes plus tôt que, ainsi le risque de perte (la mort de l’assuré) est plus grand dans n’importe quelle période donnée et donc la prime de risque doit être plus haut pour couvrir le risque plus grand. Cependant, le traitement des assurés différemment quand il n’y a aucune raison actuariel saine de faire ainsi est discrimination illégale.

Ce qui est souvent absent de la discussion est cela qui interdit l’utilisation de légitime, les facteurs actuariel sains signifie qu’un montant insuffisant est facturé pour un risque indiqué, et il y a ainsi un déficit dans le système. Le manque d’adresser le déficit peut signifier l’insolvabilité et les difficultés pour tous les assurés d’une compagnie. Les options pour adresser le déficit semblent être les suivantes : Charger le déficit aux autres preneurs d’assurance maison ou le charger au gouvernement (c.-à-d., extérioriser l’extérieur de la compagnie à la société dans son ensemble).

Pas de commentaire »